Jardin du mois : les Jardins Partagés de Can Masdeu, Barcelone

Laura Ciudad, une des jardinières, nous raconte…

Can Masdeu est un squat avec des habitations, un centre social et des jardins partagés dans le parc de Collserola, à la limite de Barcelone depuis décembre 2011. Le domaine, un ancien hôpital pour les lépreux, était complètement abandonné depuis une cinquantaine d’année quand les squatters ont commencé à s’y installer et à redonner vie aux lieux.

Can Masdeu est devenu l’un des plus grands Jardins partagés de la région de Barcelone. L’espace est divisé en trois parties:

  • Dans la première on trouve les parcelles cultivées par les familles résidentes du squat. Une fois par semaine ces parcelles sont ouvertes à toutes les personnes désireuses d’apprendre à jardiner.
  • Dans la seconde partie on trouve les parcelles utilisées par les groupes de scolaires qui viennent au centre social du squat participer à des activités d’éducation à l’environnement.Enfin la troisième partie comprend les parcelles de Jardin Partagé

Le projet de jardin urbain partagé fonctionne depuis novembre 2002, quand les squatters de Can Masdeu ont lancé un appel aux habitants pour partager les terrains squattés. Je fais moi-même partie de ces jardins depuis 2 ans. Les participants sont principalement des gens du quartier proche de Barcelone : Nou Barris. Nous sommes presque 80 personnes. Le terrain est partagé en 32 parcelles de différentes tailles. Certaines parcelles sont individuelles, et d’autres partagées entre plusieurs jardiniers ou familles.

Nous nous organisons et prenons les décisions grâce à des assemblées mensuelles et plusieurs comités : ainsi un comité est responsable de l’organisation du travail collectif, d’autres gèrent l’eau, l’approvisionnement en fumier, les évènements et fêtes… Et nous allons créer un comité qui s’occupera des conflits. Nous nous appuyons sur un modèle d’organisation horizontal, sans hiérarchie et basé sur le consensus.

De temps en temps, en tant que Jardins partagés nous participons aussi aux activités propose par le centre social de la maison. Tous les samedis de 100 à 300 personnes viennent à Can Masdeu au centre social participer à des activités sur les thèmes de l’écologie, du militantisme, de l’autosuffisance. Ces ateliers sont ouverts à tous, gratuits, et très divers.

En fait le projet Jardins Partagés est devenu une des grandes actions du squat qui attire le public. Le projet a 4 objectifs de base:

  • Culture biologique et utilisation de semences et variétés traditionnelles.
  • Echange de savoir entre les générations : Il y a une relation “symbiotique” entre les jeunes et les personnes âgées, ce qui crée un échange constant, dans les deux sens, entre les différentes générations, entre les différentes réalités, entre les différentes façons de penser.
  • Prise de décision collective : à travers notre assemblée mensuelle
  • Partage des responsabilités au moyen des comités :
  • Comité pour l’eau (d’une importance cruciale pendant les 3 mois d’été),
  • Comité pour le fumier (organisation de la collecte dans les fermes et clubs d’éducation),
  • Comité pour le terrain (attribution des parcelles, gestion de la liste d’attente, s’assurer que personne n’agrandit sa parcelle…),
  • Comité pour la socialisation (le carnaval, les repas collectifs, les paellas, etc.)
  • Et Comité des finances (les jardiniers payent une contribution de 1 euro par parcelle et par mois, nous organisons aussi des évènements pour récolter de l’argent)

Et pour finir quelques témoignages des jardiniers:

« Tout le monde m’a dit que j’étais folle de faire ça à mon âge, mais le docteur me dit de continuer à venir ici. Cultiver ma parcelle agit comme une thérapie pour moi », Carmen, 83 ans, originaire du sud de l’Espagne.

« Nous sommes un groupe très sympathique, très hétérogène, un mélange explosif pour un tel projet. » Belen, ingénieur et consommateur du groupe coopératif qui utilise la parcelle 25.

« Plutôt que d’être au bar en train de jouer aux cartes je préfère marcher, m’aérer et faire du travail physique. Ici je me sens mieux » José, 75 ans, retraité originaire de Grenade

« J’aime sentir la terre avec mes doigts, comme quand j’étais enfant. Ici mon mal de tête disparait » Candela, 73 ans, originaire des Canaries.

« Je pense que travailler nos parcelles nous aide à nous “reconnecter” avec la Terre, et à surmonter l’ambiance frénétique des villes. Et en plus je mange une nourriture bio et très bonne » Isabel, 57 ans, enseignante.

« Je suis venu ici la première fois, parce que je me suis senti de la sympathie pour ces gars qui protestaient contre la police qui a essayé de les évacuer du squat, au début. Je pensais « comment est-ce qu’on peut laisser faire ça ? » (Note: les squatteurs ont passé plusieurs jours enchainés à des poteaux pour lutter contre les tentatives d’évacuation). « Alors je suis venu, et puis j’ai demandé une parcelle » Pablo, 75 ans, retraité.

Et bien d’autres témoignages vous attendent si vous venez nous rendre visite…

www.canmasdeu.net